Rechercher
  • ghita48

Quels sont les risques liés aux métiers du conseil ?


Consultant, expert en gestion d’entreprise, freelance, contractuel, sous-traitant, les terminologies pour désigner les professionnels du conseil ne manquent pas. Une chose les lie pourtant, les risques liés aux métiers du conseil. Notre partenaire Hiscox vous livre ses conseils pour protéger votre activité de conseil aux entreprises.


Tour d’horizon sur les métiers du conseil

Le terme métiers du conseil désigne une vaste diversité d’indépendants dont le rôle est d’accompagner les entreprises. Les professionnels du conseil jouent un rôle stratégique pour les entreprises. Les consultants facilitent la prise de décision en interne grâce à une forte expertise dans des domaines spécialisés et permettent de combler certains besoins pour lesquels la société ne possède pas les ressources nécessaires en interne. Si l’activité de votre entreprise correspond à l’une des catégories ci-dessous, alors vous êtes concerné par ce qu’il va suivre et vous devriez réfléchir à souscrire à une assurance responsabilité civile (RC Pro) pour les professions du conseil.

  • Conseil en organisation

  • Conseil en gestion de projets

  • Conseil en management

  • Traduction et interprétariat

  • Formation

  • Conseil en Stratégie

  • Cabinet de ressources humaines

  • Conseil en système d’information

  • Agence d’Interim

  • Agence de publicité, ou agence de communication

  • Conception de contenu multimédia à des fins publicitaires

  • Conseil en communication

  • Marketing Digital

  • Relations publiques

  • Organisation d’évènements

  • Graphisme, identité visuelle, web-design

  • Etudes de marché et sondages

  • Gestion d’espaces publicitaires

  • Promotion des marques ou des ventes

Pourquoi les métiers de conseil sont-ils à risque ?


Pourquoi les projets des consultants échouent-ils ?


En tant que dirigeant d’entreprise ou indépendant, vous aurez beau tout mettre en place pour qu’un projet de conseil réussisse l’échec n’est jamais loin. Il s’agit toujours d’une situation douloureuse pour les parties impliquées, génératrice de tensions qi faut savoir anticiper et bien évaluer.

D’un côté, le client déplore une perte de temps et d’argent ; de l’autre, le consultant doit faire des efforts pour obtenir le paiement de sa prestation et protéger sa réputation. La perte de temps, d’argent et d’énergie prend des proportions d’autant plus grandes lorsque le conflit est porté devant les tribunaux. Dans la plupart des litiges, le rôle de l’assureur est justement de trouver une solution à l’amiable, par l’intermédiaire d’un médiateur ou conciliateur.

Quelle que soit la taille de votre entreprise, il est important d’identifier les risques auxquels vous pourriez être confrontés dans le cadre de votre activité de conseil. De nombreux paramètres permettront à votre assureur d’évaluer les montants de préjudices qui pourraient vous être demandé

  • le nombre d’employés,

  • votre chiffre d’affaires,

  • le nombre de vos clients et leur taille.

Comment éviter les erreurs dans une prestation de conseil ?

Les métiers du conseil sont davantage exposés erreurs dans la gestion de projet à l’origine de litiges tels que :

  • Objectifs du projet mal définis

  • Définition incomplète de la mission du consultant

  • Changement des objectifs en cours de projet

  • Manque de soutien des managers

  • Manque de soutien des autres parties prenantes au projet

  • Répartition insuffisante des rôles

  • Les sous-projets ne sont pas coordonnés

  • Les commerciaux survendent ce qui peut réellement être livré

C’est la raison pour laquelle rédiger un contrat de prestation de service, et surtout le signer avant le début du projet, est crucial pour toutes les professions de conseil.

Quels sont les risques liés aux métiers du conseil ?


Indépendants ou TPE/PME dans le conseil, êtes-vous concerné par les risques ?


Malgré d’excellents taux de croissance sur le marché, la conjoncture se durcit pour les consultants indépendants. Des études montrent qu’un projet attribué sur trois aboutit à un résultat « non satisfaisant ». En outre, les consultants sont de plus en plus nombreux à être tenus responsables des conséquences financières d’erreurs commises, même si elles sont mineures.

On constate également une tendance croissante, tant dans les sociétés privées que dans le secteur public, à renoncer aux commandes de projets d’envergure et onéreux. Les PME, dont 70 % environ ne sont pas couvertes contre les pertes financières, souffrent encore plus de la mauvaise gestion de projet, qui constitue l’une des principales causes de litiges dans ce domaine. Selon l’étude BPI sur les difficultés rencontrées par des dirigeants, des limites persistent notamment chez les responsables de petites entreprises. 50% des dirigeants de TPE ont déjà fait appel à un consultant, avec plus ou moins de réussite.

Comment identifier les risques liés à votre activité de conseil ?


Chaque profession est soumise à des risques spécifiques, on liste les risques majeurs suivants pour votre entreprise de conseil.

  • Le défaut de conseil

Vous délivrez des conseils à une entreprise qui vous attaque en justice quelques mois plus tard lors de difficultés financières. L’assurance RC Pro prend charge vos frais de défense.

  • Divulgation d’informations confidentielles

Par exemple, vous diffusez par négligence des informations stratégiques confidentielles. Lorsque votre client s’aperçoit que ces informations sont connues de la concurrence, il décide de porter l’affaire en justice et réclame des dommages et intérêts.

  • Perte et destruction de données

Une entreprise vous confie la gestion de sa comptabilité. Suite à une mauvaise manipulation vous perdez un certain nombre de données comptables de l’année en cours. Pour récupérer les données à partir d’archives l’entreprise doit faire appel à un prestataire et vous demande de prendre en charge les frais induits.

  • Retards accidentels dans la prestation

Dans le cadre d’un contrat au forfait, vous ne parvenez pas à livrer en temps et en heure votre projet. Votre client ne peut lancer son site e-commerce à la date prévue. Il réclame l’indemnisation du manque à gagner.

  • Fautes professionnelles, erreurs ou omissions

Une agence d’intérim a mis à la disposition d’une société de sécurité et de gardiennage un agent de sécurité. Ce dernier commet un vol important sur le site qu’il devait surveiller. L’agence d’intérim est mise en cause par son client, suite à l’absence de compétence de l‘intérimaire.

  • Violation des droits de propriété intellectuelle

Vous utilisez dans un support de présentation des graphiques issus d’études dont vous n’avez pas acquis les droits. L’institut de statistiques vous attaque pour violation de propriété intellectuelle.

Être confronté à un sinistre est une situation délicate qui n’est pas simple à gérer.

Comment protéger son activité de conseil ?​

Il n’est pas rare que des clients demandent une attestation d’assurance RC Pro pour décrocher certains contrats. Vous l’aurez compris mieux vaut se protéger des risques liés à votre activité de conseil. La protection de votre entreprise passe nécessairement par la mise en place de bonnes pratiques, telles que la rédaction de contrats de prestation de services détaillés mais aussi anticiper le litige en étant le plus rigoureux et précis possible lors de votre mission.

La Responsabilité Civile Professionnelle protège votre activité de consulting et vous permet de bénéficier d’une protection juridique pour être ainsi couvert en cas de dommages causés à un tiers dans le cadre de votre activité de conseil. Le contrat Responsabilité Civile Professionnelle Hiscox (RC Pro) pour les professionnels du conseil vous couvre pour les fautes intentionnelles ou la malveillance des préposés, la divulgation d’informations confidentielles, la violation des droits de propriété intellectuelle, la transmission accidentelle de virus etc. Grâce au partenariat Expanders x Hiscox vous bénéficiez d’un discount de 5% sur votre assurance RC Pro.


Que faire en cas de sinistre en tant que consultant ?


Il est important de ne pas rester pas seul face à un litige. Choisir le bon assureur, c’est la garantie d’être accompagné par des expert de votre métier en cas de litige. Cet accompagnement personnalisé sera la clé pour préserver votre réputation en cas de litige et essayer de trouver la meilleure solution pour vous et votre client. Consultez la démarche de gestion des sinistres Hiscox pour en savoir plus.


31 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout